On a testé pour vous la pilule Minerva pour voir ce qu’elle vaut !

Ce ne sont pas les solutions pour venir à bout des poussées d’acné qui manquent. Pourtant, la pilule Minerva est présentée comme l’une des plus efficaces par de nombreux dermatologues, notamment en raison de ses principes actifs. Ce médicament est-il aussi efficace que ce qu’on en dit ? Ce test vous en apprendra davantage sur la question.

Présentation de la pilule Minerva

Minerva est un médicament destiné à traiter deux types de pathologies : l’acné et l’hirsutisme. Indiquée dans le traitement des acnés modérées à sévères, Minerva agit directement sur le métabolisme pour inhiber la sensibilité aux androgènes responsables des poussées d’acnés chez la femme.
En outre, la pilule Minerva agit également comme un puissant contraceptif hormonal, notamment pour les femmes souffrant d’hirsutisme. Il s’agit d’un trouble qui provoque une abondance anormale de la pilosité.
Cette pathologie est principalement provoquée par une importante sécrétion d’androgènes, provoquant une pilosité masculine. Lorsqu’elle n’est pas d’origine hormonale, l’hirsutisme peut aussi être provoqué par une prise de médicaments de types corticoïdes.
Ses différents effets sur la santé, la pilule Minerva les doit essentiellement à sa composition.

De quoi est donc faite Minerva ?

Présenté sous forme de comprimés enrobés, Minerva est un médicament vendu en plaquette de 21 comprimés de 35 µg chacun. Chaque comprimé contient deux principes actifs à savoir l’éthinylestradiol et l’acétate de cyprotérone.

L’éthinylestradiol

Cet estrogène est utilisé dans la majorité des traitements hormonaux en prise par voie orale. Cette molécule fonctionne comme une hormone sexuelle qui agit directement sur le système génito-urinaire. Chaque pilule Minerva en contient 35µp.

L’acétate de cyprotérone

Il s’agit d’un progestatif de synthèse connu principalement pour son effet anti-androgénique, présent à hauteur de 2 mg.Contrairement à l’éthinylestradiol, l’acétate de cyprotérone n’a pas d’action estrogène.De façon plus précise, il exerce une inhibition du 5 alpha-dihydrotestostérone dans les cellules des organes androgénodépendants aussi bien chez l’homme que chez la femme.
Il est très efficace pour réduire l’hyperactivité des glandes sébacées dans le traitement de l’hirsutisme, notamment lorsque celui-ci est provoqué par un syndrome des ovaires polykystiques.

Les autres excipients

Outre ces deux principes actifs, la pilule Minerva contient aussi d’autres excipients tels quela cire de lignite, l’amidon de maïs, le glycérol, le fer oxyde jaune, le calcium carbonate, le titane oxyde, le magnésium stéarate, le providone et du talc.

Posologie

La posologie de la pilule Minerva est assez singulière. Pour en voir les effets, il faudra la suivre de façon rigoureuse.

Comment prendre la pilule Minerva ?

Essentiellement recommandée en traitement initial, Minerva doit s’utiliser dès le premier jour du cycle menstruel, et ce, pendant 21 jours. Il est important que la prise quotidienne soit à la même heure, à raison d’un comprimé par jour.
Entre deux cycles, il faut une pause thérapeutique de 7 jours au moins, qui viennent clôturer la durée de 28 jours d’un cycle normal. Ensuite, la prise de la pilule se poursuit pendant 21 autres jours pour les autres cycles.

Que faire en cas d’oubli ?

En cas d’oubli de prise du comprimé à l’heure habituelle, il est possible de poursuivre le traitement si l’écart est de 12 heures au maximum, sans craindre un risque de grossesse. L’effet contraceptif du traitement est encore valable.
Si l’oubli excède ce délai, il n’est pas évident que le traitement conserve son effet contraceptif. S’il est possible de poursuivre le traitement, il est conseillé de l’associer à une méthode contraceptive mécanique telle que l’utilisation de préservatifs.

Pour combien de temps prendre la pilule Minerva ?

Pour soulager de façon considérable les symptômes d’acné ou d’hirsutisme, le traitement doit durer au moins 3 mois. À l’issue de cette période, c’est votre médecin qui décidera s’il est opportun de poursuivre le traitement ou de l’arrêter.

Dans quel cas ne faut-il pas prendre la pilule Minerva ?

La pilule Minerva ne peut pas être utilisée si vous souffrez de l’une ou l’autre des pathologies ci-après :

  • une dyslipoprotéinémie sévère ;
  • l’hypertension artérielle sévère ;
  • des antécédents d’accident vasculaire cérébral ;
  • des antécédents, des accidents ou des risques thrombo-emboliques ;
  • des antécédents de migraine accompagnés de signes neurologiques ;
  • une hypersensibilité à lacyprotérone et/ou à l’éthinylestradiol ;
  • une tumeur hépatique évolutive ou ancienne ou/ et une tumeur hormonodépendante ;
  • un syndrome de malabsorption du glucose et/ou du galactose ;
  • un déficit en lactase et/ou en sucrase-isomaltase ;
  • une intolérance au fructose et/ou au galactose ;
  • des saignements vaginaux d’origine non connue ;
  • la grossesse et/ou l’allaitement.

Notre avis sur la pilule Minerva

En raison de son efficacité, son utilisation n’est recommandée que dans les cas d’échec des traitements d’antibiotiques ou de traitement topique. Outre les deux indications qui lui sont connues (traitement des acnés modérées à sévères ainsi que l’hirsutisme), c’est aussi un contraceptif très efficace.
Bien que la liste de ces excipients soit pour le moins courte, la pilule Minerva a énormément de contre-indications du fait de ces effets indésirables. Ce qui rallonge également la liste des précautions d’emploi et des mises en garde.

Articles similaires

    Aucun trouvé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *