Quelles sont les manifestations du papillomavirus ?

Symptômes papillomavirus : signes qui doivent alarme

Une personne infectée par le papillomavirus va développer certains symptômes dans la plupart des cas. Ces symptômes du papillomavirus se manifestent de différentes manières, mais arrivent toutefois à être traités. Nous faisons ici le point sur les manifestations de l’affection pour vous permettre une prise en charge rapide et à temps.

Papillomavirus : c’est quoi ?

Les papillomavirus humains ou encore HPV sont des virus qui s’attaquent aux muqueuses et à la peau. Il en existe de plus de 150 variantes. Dans la plupart du temps, les papillomavirus sont à l’origine des cancers du col de l’utérus. Il s’agit des cas ou le sujet est atteint par une infection chronique du virus.

D’après les études, environ 80% des personnes sexuellement actives sont contaminées une ou plusieurs fois au cours de leur vie par le papillomavirus. Cela s’explique par le caractère très contagieux de ce parasite. En effet, ce dernier ne se transmet pas uniquement par voie sexuelle. On peut en être contaminé à travers la main ou la bouche. C’est aussi le cas lorsqu’on entre en contact avec un objet souillé par les germes du virus.

Comment reconnaître les symptômes papillomavirus ?

Les symptômes papillomavirus sont assez variés. Toutefois, ils se manifestent généralement sous forme de papillomes, encore appelés verrues. Il s’agit d’une muqueuse sous forme de boursouflure de chair qui se loge sur les tissus recouvrant les organes, mais aussi sur la peau. Ces verrues peuvent apparaître à plusieurs endroits du corps comme la vulve ou le pénis. Lorsque ces symptômes papillomavirus apparaissent sur les parties génitales, on parle de condylomes.

Dans certains cas, les verrues peuvent être de couleur rouge et se présenter sous une forme ronde. Des points noirs peuvent également apparaître sur la bouche, les mains ou les pieds du sujet porteur. Chez certains patients de sexe féminin, les symptômes papillomavirus se manifestent au niveau du col de l’utérus. Ils se reconnaissent par une présence anormale de cellules ou de cavités dans le col de l’utérus.

Est-ce une maladie asymptomatique ?

L’une des particularités des symptômes papillomavirus est qu’ils peuvent parfois être invisibles. Le HPV peut se montrer asymptomatique chez certains sujets. Une personne atteinte du virus du papillome humain peut donc ne présenter aucun symptôme. En effet, l’apparition de lésions suite à une contamination au papillomavirus n’est pas toujours automatique. Ainsi, on peut ne pas remarquer la présence de verrues malgré une infection.

Cette absence de symptômes est un facteur à risque de la maladie. En effet, le papillomavirus se développe au sein de l’organisme sans que la personne concernée présente de réelles lésions. Sans symptômes, la maladie évolue souvent vers un cancer. De plus, la personne contaminée continuera à infecter d’autres sujets sans le savoir. Le risque est d’autant plus élevé lorsque le patient asymptomatique dispose de plusieurs partenaires sexuels. En cas de papillomavirus asymptomatique, seul un frottis cervico-utérin permet de détecter la maladie.

Que faire dès l’apparition des symptômes ?

Dès les premiers symptômes papillomavirus, il est conseillé de se rendre au plus tôt chez un médecin. Les verrues sont signe de gêne et d’inconfort. Plusieurs gestes doivent impérativement être adoptés pour éviter les risques de complication :

  • S’abstenir de tout contact sexuel ;
  • Éviter l’automédication ;
  • Procéder au dépistage du ou des partenaires sexuels ;
  • Procéder à un suivi médical régulier.

Le papillomavirus humain étant très vite transmit par voie sexuelle, il est conseillé de s’abstenir de tout rapport sexuel dès l’apparition des symptômes. Les rapports sexuels protégés ne sont pas une barrière contre le virus. Car ce dernier peut se transmettre par voie orale ou par simple contact.

Il est aussi important d’éviter l’automédication. Un traitement inadapté sera de toute évidence inefficace pour faire disparaître les symptômes papillomavirus. Le partenaire d’une personne infectée par le papillomavirus humain doit également se faire dépister. Ce dépistage permettra à ce dernier de se faire traiter s’il est contaminé. Le dépistage du partenaire est aussi un moyen d’éviter une contamination après traitement. Un suivi médical régulier doit également être mis en place pour éviter une réapparition des symptômes à long terme.

Quels sont les traitements du papillomavirus ?

Les papillomavirus peuvent disparaître d’elles-mêmes lorsqu’elles n’ont pas occasionné des lésions. Dans les autres cas, il faut essentiellement suivre un traitement pour les voir disparaître. Avant tout traitement, le médecin doit procéder à un diagnostic de la maladie. Cela va permettre de savoir quel traitement adopté. Toutefois, vous devez savoir que les traitements disponibles ne sont toujours pas efficaces à 100%. Les symptômes papillomavirus peuvent revenir à tout moment.

De façon générale, il existe deux types de traitement :

  • Le traitement des verrues ;
  • Le traitement des condylomes.

Les verrues peuvent être éliminées par la cryothérapie. Il s’agit d’un traitement par le froid et qui est associé à l’azote. Le médecin peut dans certains cas avoir recours au laser CO2 pour les verrues génitales. Pour les verrues cutanées, l’usage d’acide salicylique peut aider à les traiter.

En ce qui concerne les condylomes, ils sont plus difficiles à traiter et nécessitent un suivi rigoureux. Des traitements médicamenteux peuvent être envisagés. Les médicaments à base de podophylline et de podophyllotoxine se sont révélés efficaces contre les condylomes. Toutefois comme dans le traitement des verrues, les condylomes peuvent être éliminés par laser ou à partir de la cryothérapie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *