Le CBD peut-il être considéré comme une drogue ?

Est-ce que le CBD est une drogue ?

L’usage du CBD se repend de plus en plus et ses multiples propriétés thérapeutiques sont davantage mises en avant. Cependant, beaucoup d’interrogations entourent encore cette substance notamment à cause de son origine. Parce qu’il est issu du cannabis, le CBD est parfois assimilé à une drogue. Voici des explications pour mieux cerner la nature réelle du CBD afin de lever toute équivoque.

Qu’est-ce que le CBD ?

Le cannabidiol ou CBD est l’un des nombreux cannabinoïdes présents dans le cannabis. Il a la spécificité de ne pas produire des effets psychotropes comme le tétrahydrocannabinol ou THC qui est un cannabinoïde psychoactif. Le CBD existe sous différentes formes et est consommé de diverses façons. À cet effet, vous pouvez voir les pipes à beuh qui sont très pratiques pour fumer le CBD.

Le CBD est très apprécié pour ses vertus thérapeutiques et il est utilisé pour soigner de nombreux maux. Ainsi, que ce soit pour retrouver le sommeil, réduire les angoisses ou le stress, perdre du poids, soulager les douleurs musculaires ou osseuses, le cannabidiol est assez efficace. Il est également utilisé dans le traitement de certaines maladies comme l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer, les cancers, etc.

Les caractéristiques d’une drogue

Une drogue est un produit ou une substance qui provoque, chez celui qui la consomme, la modification des fonctions physiologiques ou psychiques. La prise régulière d’une telle substance provoque une dépendance et le consommateur ne peut pas y résister. Les drogues ou stupéfiants se classent en différentes catégories en fonction des effets produits. Ainsi il faut distinguer :

  • Les stimulants comme l’ecstasy, la cocaïne ou le crack ;
  • Les opiacés naturels et les opioïdes de synthèse comme le pavot, l’opium ou l’héroïne ;
  • Les hallucinogènes psychotropes et autres psychédéliques tels que le cannabis et les champignons hallucinogènes ;
  • Les stimulants-hallucinogènes comme la Mescaline ;
  • Les barbituriques sédatifs ou les dépresseurs du système nerveux comme certains anxiolytiques.

Certaines drogues sont prescrites dans le cadre médical et leur utilisation est bien réglementée. Cette situation n’enlève rien à leur dangerosité et une prise prolongée provoque généralement des effets néfastes sur la santé.

La législation sur le CBD

Le CBD est une substance bienfaitrice dont l’utilisation est déjà autorisée dans beaucoup de pays. En France, la substance ainsi que ses dérivés sont autorisés à condition que le taux de THC qu’ils contiennent ne dépasse pas 0,2 %. Ce taux est de 1 % en Suisse, 0,6 % en Italie et 0,3 % en République Tchèque. Il faut donc respecter ces exigences pour ne pas tomber dans l’illégalité.

Ainsi, la nocivité du tétrahydrocannabinol (THC) est à l’origine des limites légales dont fait encore objet le CBD en France. Cette substance est un puissant psychoactif qui provoque des effets psychotropes. Celui qui en prend se sent défoncé et peut avoir de graves malaises. Le THC est enivrant et provoque également l’accoutumance. La consommation du cannabis contenant du THC est donc interdite, car elle représente un danger pour la santé et la société.

Le CBD en lui même n’est donc pas considéré comme une drogue, contrairement au THC qui figure sur la liste des produits prohibés. Consommer le CBD ne rend pas dépendant et il n’y a aucun risque d’avoir l’effet de manque que produit l’arrêt de la prise des drogues. Ainsi, en cas de test de dépistage de drogue ou de contrôle anti-dopage, il n’y a pas d’inquiétude à avoir puisque le CBD n’est pas considéré comme un stupéfiant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *